peugeot 605 SV24

Peugeot 605 SV24 : le RDV manqué du haut de gamme français

A l’aube des années 90, Peugeot a la volonté de coiffer son offre d’une berline haut de gamme, ce sera la Peugeot 605 qui viendra remplacer la vieillissante 505 qui avait déjà 10 ans. Ainsi au sommet de la gamme 605 trône la Peugeot 605 SV24.

dans cet article nous nous intéressons à la Peugeot 605 de phase 1, c’est à dire celle produite de 1989 à 1993. Après le restylage de la phase 2, même si le moteur est un moteur 6 cylindre en V à 24 soupapes, le modèle perd l’appellation SV24.

Peugeot a mis le bon vieux v6 PRV sous le capot de son vaisseau amiral développé avec Renault et Volvo . Même s’il descend tout droit des peugeot Peugeot 604, Peugeot 505 ou des Renault 25, R30 ou encore Volvo 760, ce moteur bénéficie cependant de nombreuses améliorations. La première est le passage d’un V6 12 soupapes au V6 PRV 24 soupapes de 3 litres de cylindrée : il délivre 200 chevaux sous le capot (3.0 V6 24S).

Découvrez le spot de publicité TV proposé à l’époque

Evidemment, avec la Peugeot 605 SV24, la marque de Sochaux souhaite concurrencer les constructeurs premium allemands. BMW 530i (E39), Mercedes 300 et Audi 100 sont en ligne de mire. Pour être à la hauteur, Peugeot soigne le châssis. Ainsi, comme sa petite soeur la 205 GTI, elle est taillée pour les virages. Suspensions pilotées, direction à assistance variable, multi soupapes….la technologie est au RDV mais malheureusement pas la fiabilité. 

En effet, Peugeot sort son véhicule de façon précipitée, au détriment de la fiabilité et de la finition. Par conséquence, en 1992, soit deux après la commercialisation, le constructeur est contraint de procéder à un rappel de tous les véhicule. Les ventes s’écroulent. Finalement, la Peugeot 605 rate son lancement…et sa carrière. Par ailleurs, le prix de la 605 V6 SV24 atteint des sommets pour un modèle français : 240.000 francs à son lancement pour terminer à 315 000 francs. Cela correspond, en tenant compte de l’inflation, à respectivement 60.000 euros et 80 000 € actuels.

En conclusion, un design élégant, un moteur V6 modernisé, un châssis bien affuté, une direction précise, une Renault 25, concurrente directe, vieillissante: la Peugeot 605 SV 24 avait tout pour réussir. Et pourtant le modèle 605 reste un échec commercial cuisant…dommage. Par ailleurs, fans de Youngtimer, difficile de trouver aujourd’hui une Peugeot 605 SV24 en occasion…dommage (bis). Donc si vous en trouvez une bon état….foncez !

Une question nous turlupine encore; doit-on écrire SV24 ou SV24?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *